L’ONU a déclaré 2017 comme l’Année internationale du tourisme durable, un thème auquel les Italiens sont de plus en plus sensibles. Selon le rapport de la Fondation Univerde, en fait, 42 % des Italiens avant de choisir une structure touristique se renseignent pour en connaître la durabilité et 75 % utilisent Internet pour ce type de recherche. Une attention qui a fait accroitre aussi en Italie le nombre de structures construites de manière écologique, respectueuses de l’environnement et attentives à la sauvegarde des ressources naturelles. Voici celles à ne pas manquer.

 

HAUT-ADIGE : ÉCO-CHALET
SUR LE PETIT LAC

casa-sugli-alberi-800px

 

Le San Luis Private Retreat Hotel & Lodges se trouve sur le plateau d’Avelengo, au-dessus de la ville de Merano (sanluis-hotel.com). Il est accessible par un chemin privé dans les bois et, à l’arrivée, apparait le spectacle des chalets qui se reflètent dans le petit lac et de maisons de conte de fées cachées dans le parc alpin, suspendues sur des poteaux en bois à 5-10 mètres du sol, pour offrir un contact unique avec la nature. Ils sont construits selon les règles de la bio-architecture, avec du bois Mondholz travaillé en suivant les cycles lunaires pour maintenir les propriétés de résistance et l’énergie positive. Les parois sont en argile, les planchers en ardoise, et aucun métal, clou ou vis en fer n’a été utilisé. Le chauffage est par copeaux et plaquettes forestières, récupérés dans les bois, et le jardin bio produit des légumes et des herbes aromatiques, qui sont ensuite utilisés dans la cuisine et dans les traitements du Spa.

 

TOSCANE :
DANS LA FERME PRIMÉE

3-Gazebo-800

 

3-Quercia1-800

Le gîte rural Sant’Egle est niché dans la belle campagne de Grosseto (agriturismobiologicotoscana.it). Jadis, c’était une douane qui, au XVIIe siècle, a servi de lieu de repos pour les voyageurs qui passaient la frontière entre l’État pontifical et le Grand-Duché de Toscane. Aujourd’hui, il a été transformé en une structure écocompatible, primée par le WWF comme le meilleur gîte rural italien pour la durabilité et la conservation de la biodiversité. Il ne peut accueillir que 18 personnes qui ont accès à des chambres spacieuses, une piscine avec de l’eau purifiée par un filtre à sel complet de l’Oasis WWF de Trapani, et à des hamacs en tissu positionnés entre les arbres, parfaits pour une sieste l’après-midi. Il y a également des cours pour apprendre à faire du fromage, du pain, des gâteaux avec du levain-chef, apprendre à cultiver le safran ou devenir un expert d’agriculture synergique, à savoir l’art de cultiver en laissant faire la terre, avec des leçons dans le jardin biologique.

 

MARCHES : UN COIN
DE JAPON

5-DPP07DA0308150144-800

 

WabiSabi Culture est un ryokan, soit une auberge traditionnelle de style japonais à San Genesio, dans les Monts Sibyllins (wabisabiculture.org). Réalisée à travers la bio-restauration de trois maisons en pierre, elle se présente avec les portes coulissantes classiques qui révèlent des vues apaisantes des bois changeant de couleur et de forme avec les saisons, mais aussi avec le simple écoulement du temps. Les fleurs du jardin zen sont cueillis par la propriétaire, pour réaliser le Tsuki, des lanternes qui donnent une touche de spiritualité et illuminent les tatamis en paille de riz sur lesquels l’on dort. Le temps passe lentement entre les bains aromathérapiques japonais dans la baignoire en bois de Hinoki de la vallée de Kiso, la méditation de respiration zen, les cours pour apprendre l’art de la cérémonie du thé. En plus des promenades à travers les chemins de gravier pour rejoindre le petit lac où nagent les carpes koïs.

 

SARDAIGNE : DANS LE POTAGER-HÔTEL

4-agnata-notturno-800

 

L’Agnata De Andrè était autrefois la maison de Fabrizio De Andrè et de sa femme Dori Ghezzi (agnata.com).  Aujourd’hui, c’est un hôtel de charme avec sa façade entièrement recouverte par la vigne vierge, un accueil respectueux de l’environnement pour les clients qui peuvent être logés dans ce « stazzu », une ancienne ferme des bergers, au cœur d’un domaine de cent cinquante hectares. Un paradis vert avec des cultures, un potager, un jardin conçu par l’auteur-compositeur et dix chambres qui portent les noms de plantes et de fleurs. Pour la clientèle, une cuisine préparée avec des ingrédients au kilomètre zéro et un programme de randonnées à pied et VTT pour explorer l’arrière-pays de la Gallura.